Des livres pour l'orphelinat

Publié le par Iwan

Apres un week end plutot chargé, nous nous sommes accordé un peu de repos aujourd'hui. Les signes de fatigue se faisaient de plus en plus sentir, et certains membres de l'équipe sont fiévrieux, toussent et sont enrhumés; sans doute le fait des nuits passées sous le souffle continu du ventilo, auquel nous avons du mal a nous accoutumer (surtout quand ce ventilo manque de peu d'exploser et de vous tomber sur la tête pendant votre sommeil...).

Le petit déjeuner fut copieux pour ceux qui ont pu en prendre un. J'ai trouvé un endroit au milieu des étals du marché ou l'étranger peut manger comme les Vietnamiens pour le même prix: 5000 dongs (25 centimes). A ce prix la, un deuxième petit déjeuner ne se refuse pas. Au menu, un bol de pates jaunes aux oeufs avec du poulet, des oeufs durs, des herbes, des morceaux de galette de riz et un bouillon épicé.

En fin de matinée nous avons parcouru quelques rues du centre ville. Hoi An, inscrite au patrimoine mondial de l'humanite, a su conserver ses maisons typiques qui furent construites alors que la ville était l'un des principaux ports commerciaux de l'Asie du Sud Est. Certaines ruelles ne sont pas goudronnées et sont boueuses. Les échoppes arborent lanternes, gongs, statues, peintures et soieries en tout genre. Au bout d'une rue nous avons enfin pu découvrir le pont japonais qui sert de logo a notre association.

Nous avons rapidement dû nous remettre au travail. Accompagnés de Mme Lien, nous avons été acheter des livres pour l'Orphelinat des Enfants de la Rue. En tout nous lui avons fait don de 120 livres (2 millions de dongs soit 100 euros) pour la scolarisation de 8 enfants. Nous leur avons fait la surprise en arrivant à vélo, chargés de tous ces bouquins.

Ci dessus une photo prise à l'orphelinat avec les enfants; à gauche Mme Giep, directrice de l'orphelinat

Nous avons rencontré deux jeunes australiennes qui donnent des cours d'anglais aux enfants de l'orphelinat. Elles sont sur place pour trois mois. Ca nous a fait plaisir de rencontrer des personnes qui oeuvrent pour la meme cause que nous.

Il a plu drument ces trois derniers jours, ce qui explique nos nez bouchés...

Publié dans Mission 2006

Commenter cet article